Vous êtes ici : Accueil > Sciences physiques > Le crash de l’atterrisseur Schiaparelli sur...
Publié : 24 novembre 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Le crash de l’atterrisseur Schiaparelli sur...

Le crash de l’atterrisseur Schiaparelli sur Mars : tout a basculé en une seconde !

Une centrale inertielle mal configurée, un scénario réel sortant un peu des simulations et une mauvaise décision du logiciel de pilotage automatique de la descente ont probablement conduit au crash de l’atterrisseur Schiaparelli.

…"Et en appliquant ce coefficient de correction erroné, l’ordinateur de bord a calculé que Schiaparelli était à une altitude négative de -2 kilomètres..."

Le logiciel a donc pris une décision fatale : déclencher la procédure d’atterrissage qui ne survient normalement que lorsque la sonde n’est plus qu’à quelques mètres du sol. Schiaparelli a donc immédiatement largué son parachute et son bouclier arrière, puis a effectué une courte poussée des propulseurs visant à ralentir une ultime fois le dispositif, avant que la structure déformable n’absorbe l’énergie cinétique des deux derniers mètres de chute.
Mais voilà, cette séquence s’est en réalité achevée... à 3,7 kilomètres d’altitude. Schiaparelli a donc achevé sa descente en chute libre sans parachute ni propulseurs, et a heurté le sol à 540 km/h.

"Mais nous aurons appris beaucoup de Schiaparelli, et cela nous servira pour la seconde mission ExoMars 2020" déclare David Parker. Cette mission prévoit de faire atterrir un robot mobile européen sur le sol martien. Son objectif sera cette fois de repérer d’éventuelles traces d’une vie qui aurait pu se développer par le passé sur la planète Rouge. L’Europe spatiale doit décider début décembre à Lucerne (Suisse) si elle accepte d’aller de l’avant avec ExoMars 2020, en accordant à cette mission une rallonge de 300 à 400 millions d’euros environ.

Source : Site Sciences et Avenir 24.11.2016